Martin_Jose_optAprès avoir travaillé comme chef de section chez Bombardier Aérospatiale pendant plus de cinq ans, Jose Martin (EMBA 2015) s’est joint à Transports Canada à titre de superviseur de l’Ingénierie et gestionnaire de programmes en 2014, alors qu’il complétait le programme d’EMBA McGill-HEC Montréal. Plus de deux ans plus tard, nous avons rencontré Jose pour qu’il nous parle de ses nouveaux défis et de la place que jouent les notions qu’il a apprises à l’EMBA dans son quotidien où la gestion du changement est omniprésente.

Dans un contexte gouvernemental, les obstacles aux changements sont nombreux. Jose s’y confronte régulièrement puisque son rôle est, entre autres choses, de mettre en place des programmes et projets de changements.

« Mon rôle consiste à avoir une bonne compréhension organisationnelle et opérationnelle, garder le contrôle des indicateurs, avoir une vue d’ensemble du secteur, veiller au bonheur de mon équipe et avoir la capacité de faire un scan environnemental » explique-t-il.

En effet, il est responsable de diriger et de gérer les activités des grands programmes de certification, ce qui implique de favoriser l’adoption de ces programmes par les administrateurs et les dirigeants de grandes et moyennes entreprises. L’objectif est donc de répondre à des obligations réglementaires tout en cultivant de bonnes relations avec l’industrie, et ce dans un environnement en constant changement où surviennent fréquemment des problèmes complexes et multidisciplinaires.

Comment Jose relève-t-il ces défis? Grâce à la réflexion, une habitude qu’il a développée à l’EMBA McGill-HEC Montréal. En effet, une place importante est accordée à la réflexion managériale à l’EMBA. Chaque matin, près d’une heure est réservée à la réflexion : une partie individuellement, en silence, par écrit, puis une partie en groupe. José a donc reproduit cette discipline de réfléchir dans son milieu de travail. Le matin, il prend le temps de réfléchir individuellement, et une fois par semaine il réfléchit avec son patron. Ensemble, ils évaluent les différentes façons d’améliorer les stratégies et tactiques pour faire avances leurs projets. Leurs réflexions portent souvent sur l’analyse de leurs résultats, leurs bons coups et moins bons coups, l’écosystème de Transport Canada et des différentes équipes, et sur la façon qu’ont les gens et l’organisation de réagir aux changements. Cette réflexion leur permet d’obtenir une vue d’ensemble de l’organisation et des projets, de prendre du recul pour mieux avancer.

Selon Jose, il faut surtout garder en tête que « La réflexion est une habitude qui doit être accompagnée de focus et de discipline. Elle doit chercher un certain équilibre entre deux pôles : les résultats pour l’organisation et le bonheur des gens qui l’habitent. »

Jose Martin semble avoir trouvé cet équilibre qui a certainement joué un rôle important dans le succès des différents projets de changements et de transformation qu’il a dirigés. Ses accomplissements le démontrent bien : en deux ans, il a su redresser les opérations de la division « Certification des aéronefs et produits aéronautiques » dans un contexte de forte rationalisation des coûts, améliorer de façon substantielle la durée du cycle de projet de certification et augmenter la productivité de 80 à 147 projets par année.